Notre Philosophie

Il y a maintenant plus de 11 ans, nous nous sommes lancés dans l’élevage de chevaux de Pure Race Espagnole. Nous sommes en effet tombés sous le charme de leur beauté, de leur caractère exceptionnel et de leur volonté infinie.

Aujourd’hui, notre passion réside dans le fait de voir nos chevaux évoluer mentalement et sportivement, s’épanouir chez nous et par la suite chez nos clients.

Nous portons une attention particulière à l’éducation et à l’évolution progressive de nos poulains. Ces derniers sont suivis dès leur plus jeune âge afin d’en faire de vrais partenaires pour le loisir ou pour la compétition.

 

Notre mission : Elever des chevaux de Pure Race Espagnole bien dans leur tête qui possèdent des qualités pour le dressage de haut niveau.

 

Notre méthode : Sélectionner les bonnes lignées et créer un encadrement mental et sportif optimal pour nos chevaux

 

Bien plus qu'une simple passion des chevaux ...

 

Jacqueline et Pierre

 

QUELQUES RÉFLEXIONS DE JAN
BEMELMANS SUR LE PRE

« Le cheval de pure espagnole n’a rien à envier aux autres races centre-européennes. Le

seul problème, c’est que nous devons travailler à la préparation de ces chevaux, encore
mieux et encore davantage. C’est avant tout le travail de la base qui manque ».

Voici un résumé et une traduction de ses propos:

Il y a très peu de chevaux ibériques qui arrivent réellement à haut niveau et ce n’est pas leur
faute. Le cheval PRE serait beaucoup plus compétitif si on parvenait à instaurer un système
d’entraînement structuré suivi par la majorité des éleveurs et des cavaliers.

Ceux qui parlent de hasard lorsqu’ils évoquent les succès des chevaux ibériques ne sont pas de bonne foi. On ne peut pas expliquer par le hasard le fait que ces chevaux se sont retrouvés en finale olympique plusieurs
fois de suite. C’est une démonstration de la qualité de ces chevaux.

 

Des excuses…


Dire que le PRE manque de force, qu’il ne possède pas les leviers adéquats, ni le cadre, est
un excuse, un prétexte. Je pense que c’est faux. Le problème, pense Bemelmans, c’est que 
jusqu’à présent (en 2009), en Espagne, ni l’élevage, ni l’équitation ne se sont orientés vers le sport, vers le dressage. Alors qu’en Allemagne par exemple, on élève, on monte et on entraîne des chevaux en vue du dressage, et cela depuis une centaine d’années.

Il y a en Espagne, beaucoup de bons chevaux, prédestinés au dressage classique, exactement comme dans les autres pays, au même titre que les hanovriens. Les chevaux espagnols n’ont rien à envier aux autres.

L’unique problème que nous avons, c’est de travailler encore plus et encore mieux à la préparation de ces chevaux, et avant tout à la construction de la base. Très peu de chevaux arrivent à haut niveau. Ce n’est pas de leur faute. La cause en est
une mauvaise préparation.

© 2007 - 2019 by  Haras de Niaster - Ecurie de dressage - Valorisation - Débourrage  - Elevage de pure race espagnole